Ces choses qui se passent dans le silence

Derrière le silence se cache tout ce dont nous ne souhaitons pas voir resurgir, à savoir nos pensées, nos ruminations, nos peurs, nos souffrances… en d’autres termes, ces films que notre cinéma personnel, le mental, nous projette quotidiennement. Alors que de nos jours nous essayons, tant bien que mal, de tendre vers une voie de calme et d’introspection pour parvenir à nous recentrer sur nous-mêmes et de reprendre contact avec notre intériorité et pour certains Dieu, le tumulte de la vie quotidienne à tendance à nous rattraper aussi vite que nous avons essayer de le fuir. Oui, de le fuir et non de l’accepter tel qu’il se présente à nous.

Alors, avant de poursuivre dans cette réflexion matinale (12 Mars à 09h03), posons-nous quelques questions non exhaustives :

  • Qu’est-ce qui m’a poussé à fuir ce tumulte quotidien ?
  • Vers quoi tendre pour m’en sortir ?
  • Comment puis-je parvenir, à nouveau, à cet état de détente et de sérénité ?
  • Comment dois-je me comporter face à ce qu’il m’arrive pour l’accepter ?
  • Est-ce que j’ai déjà été confiant lorsque un évènement, que mon mental à jugé perturbateur, survient ?
  • Le silence, la méditation, la prière, la sophrologie, le yoga, la récitation de mantras et autres pratiques de bien-être, de développement personnel ou à viser thérapeutique n’est-ce pas un peu (trop) « déjà vu » ou pas assez et est-ce vraiment utile ?
  • Et si, je commence l’une de ces pratiques, comment savoir si je suis en phase avec cela et avec moi-même ? Quel en serait le but ? Quelle en serait la finalité ? etc.

Le silence, l’Homme et l’évolution

Je ne sais pas si vous l’avez déjà observé au moins une fois au cours de votre journée ou même de votre vie, mais depuis l’apparition des réseaux sociaux, des médias connectés et de leur évolution, c’est notre communication, notre comportement sociale et humain qui a, lui aussi, changé et il s’est adapté à ce que l’Homme a créé. Toutefois, lorsque vous regardez autour de vous, votre environnement que voyez-vous ? Mais surtout qu’est-ce que vous éprouvez au fond de vous en voyant cela ? En prenant le temps d’y répondre avec honnêteté et sincérité à ces deux questions, vous n’allez pas juger ce que vous verrez et percevrez de cette scène, vous allez donner votre point de vue et votre ressenti personnel, profond et intime, là est la nuance.

Certes, ces outils de communication nous ont, d’une certaine manière, rapproché car nous pouvons plus facilement communiquer et être informé de tout ce qu’il se passe dans le monde, que l’on soit à Tokyo et notre correspondant au Canada à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit. Cependant, je constate surtout avec une profonde tristesse qu’ils nous ont fait faire le grand saut dans un monde où règne la curiosité, l’exposition voire la sur-exposition de sa vie, l’idéalisation de soi (ce qui fait que nous sommes erronés sur notre propre vision de vie), l’individualisme et l’égocentrisme. On ne se parle plus ou que très peu dans les yeux, nous fuyons parfois le regard de l’autre, nous avons les yeux collés sur nos divers écrans à la moindre notification, nos oreilles sont bouchés par des écouteurs ou des casques pour écouter de la musique, nous sommes la plupart du temps en colère (on s’emporte très facilement), nous sommes mécontent, nous avons le cœur remplit de rancoeur, de jalousie, d’angoisse, de peurs, de tristesse … à ne plus savoir quoi en faire et j’en passe et des meilleurs. Oui, c’est un portait un peu sombre que je vous dresse de l’Homme d’aujourd’hui, c’est ce que j’ai pu constater et c’est ce que je vois encore… c’est ce que je ressens lorsque je me balade dans les rues. En somme, en plus de nous fuir, nous fuyons également le monde dans lequel on vit ou devrais-je dire dans lequel on essaie de vivre en voulant se faire une place comme dans les transports en commun.

Ce n’est pas un article pessimiste brut loin de là. J’ai bon espoir en l’humain, en ses capacités et en son humanité véritable. J’ai confiance en l’amour que nous portons tous en nous pour parvenir à un mieux-être général et j’ai également Foi en Dieu.

Ce monde est ce que nous en avons fait. S’il est sans pitié aujourd’hui, c’est parce que nous l’avons rendu impitoyable par nos comportements. Nous ne pouvons changer le monde que si nous changeons nous-mêmes, et cela commence par notre langage et notre façon de communiquer. Gandhi

Photo de Dương Nhân sur Pexels.com

Le silence et Dieu

Aussi et je reviens vers mon objectif principal de cet article, m’exprimer sur le silence. Le silence est souvent perçu comme dérangeant voire austère. Lorsque le silence surgit, on peut s’entendre dire ou même penser  » Ce silence est assommant« , « Quel silence ennuyeux…« , « Il y a un blanc…« , « Un silence de mort. », « On peut entendre les mouches volées. », « Quelle conversation passionnante ! » (ironie), « Ce silence m’oppresse.« , etc. Or, le silence s’il est présent, ce n’est pas pour nous faire sentir mal mais bien au contraire, il est là pour nous faire prendre conscience de ce qu’y s’anime en nous. Notons que c’est dans le silence que nous parvenons à nous reconnecter à nos ressentis profonds et peut-être même voilés. Laisser émerger nos ressentis grâce au silence, c’est (se) permettre d’identifier sans gêne, de soi à soi, son état réel interne, c’est de pouvoir mettre en lumière ce qui est bon pour soi et ce qui ne l’a pas été, c’est dépoussiérer nos ressources que nous avons oublié ou que nous ignorons.

On dit que le silence est l’absence de bruit ce qui n’est pas totalement faux, puisque nous parlons de bruits extérieurs à notre être, ce qui n’est plus audible grâce à ce sens remarquable, l’ouïe.

Hélas… qui ferme la porte au silence, ferme la porte de son cœur. Qui ferme la porte de son cœur, ferme la porte à Dieu. Qui ferme la porte à Dieu, ferme toutes les portes pour arriver à se connaître et connaître Dieu. Alors, comment voulez-vous être heureux et aimer ? Comment voulez-vous apprendre à vous connaître ? Comment voulez-vous pardonner et vous pardonner ? Comment voulez-vous vous sentir mieux si vous ne laissez cette porte ouverte ? Car Dieu est chacun d’entre nous. Si nous sommes souffrant, alors il souffre avec et comme nous, si nous sommes pauvre, il est pauvre comme nous, si nous sommes humilié, malade, dépriméIl est ce que nous sommes. Parce que nous sommes ses enfants, comme nous sommes tous frères et sœurs. Caroline Di salvo Berlin

Avant de vous coucher faites l’expérience suivante (autant de fois qu’il vous plaira) :

  • Éteignez votre télévision, vos lumières, votre PC
  • Mettez votre téléphone en mode avion et déposez-le dans une autre pièce,
  • Allumez une bougie
  • Allongez-vous ou asseyez-vous quelque part de manière à être confortablement installé
  • Fermez vos beaux yeux
  • Prenez de grandes et profondes inspirations
  • Retenez votre respiration quelques secondes
  • Puis soufflez doucement par la bouche
  • A chaque inspirations et expirations focalisez-votre esprit sur le mouvement de votre abdomen
  • Sentez votre corps se détendre, se relâcher davantage
  • Reprenez une respiration naturelle
  • Laissez-vous envelopper par le silence (visage/cou/épaules/bras/mains/dos/ventre/bassin/fessiers/jambes et pieds)
  • Savourez la plénitude de cet instant
  • Imprégnez-vous des sensations perçus et ressentis que vous procure ce moment
  • Intégrez ces sensations
  • Prenez conscience que votre corps est habité par le silence.
  • Reprenez contact avec vos points d’appuis
  • Mobilisez votre corps et lorsque vous serez prêt ouvrez vos yeux.
Se laisser envelopper par le silence courte méditation (Désolée pour la qualité de l’enregistrement)

Le silence nous pousse à accepter notre réel état interne, il est dit pour la plupart dérangeant parce qu’il nous met face à la réalité qui n’est pas celle que nous étalons sur les réseaux sociaux. Le silence nous aide à réparer les brisures de nos cœurs endoloris. Une fois que l’on accepte le silence, on se rend compte qu’il est omniprésent. Sainte Mère Térésa a donnée trois belles citations sur le silence que je vais vous partager et qui nous laisse à réfléchir.

Dieu est l’ami du silence. Les arbres, les fleurs et l’herbe poussent en silence. Regarde les étoiles, la lune et le soleil, comment ils se meuvent silencieusement. Mère Térésa

Dans cette première citation, Mère Térésa nous invite à prendre conscience de ce qui est autour de nous. Ce que Dieu a crée est baigné de silence. Elle nous induit à porter un regard nouveau sur notre environnement et à méditer sur la nature qui nous entour. Le silence est synonyme de paix, de calme voire même de lenteur.

Le silence du cœur t’est nécessaire afin d’entendre Dieu partout – dans la porte qui se ferme, la personne qui te réclame, les oiseaux qui chantent, et les plantes et les animaux. Mère Térésa

Ici, il est question de la Parole de Dieu, vous savez ce vieux sagesse dont on a entendu parler ou vue des représentations artistiques religieuses (peintures, fresques, etc.) au moins une fois durant notre existence (rire) et que l’on a possiblement fuit ou tourné le dos pour diverses raisons. Ici Mère Térésa nous invite à percevoir Dieu dans tout ce que nous pouvons voir et faire au quotidien, allant de l’expérience la plus plaisante à la moins agréable… Car Dieu est subtile dans ce qu’il entreprend pour communiquer avec nous et pour être à l’écouter de Dieu, il faut se plonger dans le silence et ouvrir son cœur pour l’entendre.

Et enfin la dernière sur laquelle je vous laisse y méditer sans dire mots.

Le fruit du silence est la prière. Le fruit de la prière est la Foi. Le fruit de la Foi est l’amour. Le fruit de l’amour est le service. Le fruit du service est la paix. Mère Térésa

Photo de Rodolfo Clix sur Pexels.com

Alors voilà, il se peut qu’il y ait un bon nombres de raisons pour ne pas entrer en contact avec le silence, il se pourrait même que ces raisons soient justifiées. Seulement, ne restez pas camper sur vos positions parce que cela vous semble désagréable ou gênant. Avancez à votre rythme comme cette personne qui se trouve sur une barque et qui rame pour arriver de l’autre côté du lac.

Personne ne vous demande de faire le grand saut et n’oubliez pas que nous sommes tous à des moments de notre vie en proie à la peur, au doute, à une émotion forte qui peut nous sembler paralysante. Et qu’il est appréciable de prendre un temps pour soi, que l’on soit seul ou en groupe afin d’écouter ce que le silence a à nous apporter, à nous dévoiler, à nous mettre en avant que ce soit dans la sophrologie lorsque on se laisse amener à la rencontre de nos ressentis ou lorsque l’on se confie par le biais de la prière à Dieu dans la journée.

Laissez-vous traverser, envelopper par le silence pour écouter ce que votre cœur a à vous apprendre.

Je vous remercie de m’avoir lu, je vous souhaite une bonne journée. A très bientôt sur Think Happy and Smile.

N’hésitez pas à aimer, commenter ou encore partager cet article s’il vous a plu et à vous abonner au blog.

Avec tout mon amour,

Caroline

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s