Ne vous fermez pas à l’amour

Nous y voilà mon ange.

Mon cœur s’apparente à une porte comme à une fenêtre où je peux ouvrir, fermer ou laisser entrebâiller celles-ci.

Mais voyez-vous mon ange, je ne sais ni comment faire ni comment réagir face à ce que je ressens et ce qu’il se passe dans ma vie.

Il ne m’est pas à l’accoutumer de m’exprimer aussi facilement, bien que je puis essayer…

Mon ange, mon adoré, l’amour est cet éclat de joie qui transperce mon cœur, oui, et cet éclat va bien au-delà de toute matière physique. Cet éclat va jusqu’à mon âme !

L’amour…

Accepter l’autre tel qu’il est.

Méditer sur la vie et sur

l’Origine de

l’Univers afin de pouvoir,

Ressentir ce souffle en chacun de nous.

Lorsque ou si l’amour vous fait mal, ceci n’est pas de l’amour.

Vous avez souffert, mon ange, je le vois dans votre regard. Cependant, que serions-nous sans souffrance ?

La souffrance que nous ressentons, que nous éprouvons porte l’éveil de notre conscience sur l’Amour pur.

Mon tendre, tes larmes de tristesse sont des perles blanches qui constituent ton trésor, ou plutôt qui vient s’ajouter à ton trésor.

Que ta tristesse est belle, que ton cœur est si beau… Quel joyau merveilleux façonné par la vie !

Mon cher compagnon de route, si comme vous des personnes venez à se fermer à l’amour pour un temps ou bien pour toujours, je crois bien mon adoré que je puis affirmer ceci :

Nul ne sait ce que cache un cœur silencieux.

Nul ne sait quelle souffrance ce cœur a enduré.

Nul n’en connaît les raisons.

Toutefois, ce cœur qui bat dans cette poitrine, où se cache l’Éternel trésor de l’humanité, au plus profond de lui, ne peut vivre sans amour.

Ce n’est pas de temps que ces cœurs blessés ont besoin. Non, c’est de la patience. Car la patience est une vertu et le temps une création.

Voyez, en amour, on agit tous de différentes façons et de diverses manières, l’amour est commun et à la fois propre à chacun.

Simplement mon bon ami, mon bel ange, je terminerai cette tirade extraordinaire par deux choses.

La première c’est de cultiver l’amour, de constamment l’observer, le ressentir, le nourrir un peu comme une peinture grandeur nature ou un poème.

Enfin, mon frère, mon Roi, mon ange, mon bel amour, mon ami voici la seconde qui est une parole de Ste Thérèse de Lisieux :

« Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même »

Merci de m’avoir lu.

Caroline

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s